Bedoui menace de mettre fin au sit-in des enseignants par la force

Le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, Noureddine Bedoui, a menacé hier de recourir à la force pour mettre fin au sit-in des enseignants contractuels à Boudouaou. A une question d’un journaliste sur les suites que le gouvernement compte donner à ce mouvement de protestation des enseignants contractuels et vacataires qui réclament leur intégration, le ministre de l’Intérieur a répondu que le sit-in de Boudouaou constituait une menace pour l’ordre public. Il a également accusé des parties qu’il n’a pas nommées d’utiliser ce mouvement pour porter atteinte à l’ordre public. A cet égard, il a affirmé que le gouvernement ne permettrait à personne de porter atteinte à l’ordre public et a insinué que le gouvernement pouvait recourir à l’usage de la force pour mettre fin à ce rassemblement.

Dans le cadre de sa déclaration, le ministre de l’Intérieur n’a pas hésité à prendre la défense de sa collègue, la ministre de l’éducation, Nouria Benghebrit. Selon lui, cette dernière a essayé de proposer des solutions mais les enseignants contractuels n’ont pas daigné répondre. Les enseignants protestataires et les syndicalistes interrogés ne partagent pas cette lecture du ministre et s’estiment méprisés par les autorités concernées qui ont toujours ignoré leur principale revendication.

Des observateurs ont estimé que le ministre de l’Intérieur est passé complètement à côté de la question. Au lieu de s’inquiéter des déclarations provocatrices et insultantes de sa collègue ministre de l’éducation qui constituent une véritable incitation au désordre et à la violence, il s’en prend à un mouvement de protestation pacifique. Les observateurs ajoutent qu’il est normal que des organisations sociales et politiques expriment leur soutien à un mouvement social même si certaines le font dans une perspective politicienne. Ce n’est pas une raison suffisante pour chercher à justifier par avance une intervention répressive des forces de police contre un sit-in pacifique. Par ailleurs, les enseignants protestataires rassemblés à Boudouaou ont averti qu’ils allient résister en cas d’intervention policière, ce qui augure malheureusement de dérapages certains si jamais le ministre de l’Intérieur mettait à exécution sa menace.