Benyounes réaffirme son soutien à Bouteflika

Dans le cadre d’une réunion avec les cadres de son parti, le MPA, l’ancien ministre du commerce, Amara Benyounes est revenu sur la polémique engendrée récemment par la lettre des 19-4 demandant à être reçus par le président Bouteflika. Pour Benyounes, le président Bouteflika continue à exercer normalement ses missions constitutionnelles malgré la maladie et ceux qui briguent la présidence n’ont qu’à attendre 2019. Benyounes n’a pas été tendre avec les critiques du pouvoir allant jusqu’à les accuser de vouloir pousser l’armée à renverser le président de la république au moyen d’un coup d’Etat.

Dans son intervention, Benyounes est également revenu sur la déclaration publique de l’ancien patron du DRS, le général Toufik auquel il a reproché le fait d’avoir osé critiquer le verdict d’un tribunal arguant qu’aucune personnalité n’avait le droit de critiquer le verdict de la Justice. Les observateurs expliquent cette sortie de Benyounes en disant que malgré son limogeage du gouvernement, le dirigeant du MPA reste toujours dans le giron de ce qui est appelé le clan de la présidence, espérant ainsi rebondir dans les prochains mois à un nouveau poste, peut-être comme ambassadeur dans une capitale européenne. Les observateurs avancent pour justifier les attaches de Benyounes avec le cercle présidentiel la nomination de son neveu, El Hadi Ould Ali, au poste de ministre de la jeunesse et des sports. Ce dernier était auparavant directeur de la Maison de la culture de Tizi Ouzou et avait dirigé la campagne pour le quatrième mandat de Bouteflika dans cette wilaya.

Amara Benyounes n’est pas le seul dirigeant politique à avoir critiqué publiquement la lettre des 19-4. Le dirigeant du RCD, Mohsen Belabbes n’a pas été non plus tendre avec Louisa Hanoune. Il n’a pas hésité à déclarer que cette dernière s’agite maintenant sur la scène politique après qu’elle eut tout simplement perdu les privilèges qu’elle avait du fait de ses liens avec les chefs déchus du DRS. Les observateurs de la scène algéroise s’amusent devant le spectacle de ces opposants qui se disputent comme des chiffonniers les projecteurs des médias et rappellent ironiquement que Mohsen Belabbes a tout à fait raison quand il critique Louisa Hanoune sauf qu’il oublie que son propre parti, le RCD, ne s’est pas gêné dans un passé récent de profiter de ses liens privilégiés avec les généraux déchus du DRS…