Condor s’apprête à lancer de nouveaux projets

Le groupe industriel Condor est en pourparlers avancés avec des partenaires étrangers pour lancer de nouveaux projets d’investissement au long de l’année en cours, a indiqué, aujourd’hui, Boualem Benhammada, directeur des énergies renouvelables au niveau du groupe.

S’exprimant lors d’une conférence organisée au Palais des expositions d’Alger, en marge de la huitième édition du Salon international de l’électronique, de l’automation et de l’énergie, M. Benhammada a indiqué que condor prévoit pour l’année en cours plusieurs projets d’investissement notamment en ce qui concerne la production des charpentes métalliques, les panneaux sandwiches, les poteaux d’éclairage, les médicaments, la galvanisation ainsi que dans les énergies renouvelables. Sur ce point précis, l’assistant du P-dg du groupe dira que «nous avons inscrit un projet qui est verticalement intégré, du lingot jusqu’au module photovoltaïque» et actuellement, a-t-il ajouté, « nous sommes en phase de discussion avec des partenaires étrangers pour lancer des projets de partenariat», mais sans toutefois donner plus de détails sur ces projets.

Interrogé sur l’usine de condor de production de panneaux photovoltaïques implantée à la zone industrielle de Bordj-Bouariridj, Benhammada a fait savoir qu’elle est entrée en production depuis octobre 2013. «Nous avons commencé aussi bien la production que la vente. Le début reste toujours difficile et timide certes, mais nous sommes en train de faire des prospections et nouer des contacts avec des partenaires étrangers», a-t-il précisé.

L’usine de Condor des panneaux photovoltaïques est dotée d’une capacité de production de 50 MW par an et a nécessité des investissements d’un montant de 950 millions de dinars, rappelle-t-on.

Selon lui, les panneaux photovoltaïques de Condor suscitent l’intérêt de beaucoup de professionnels du domaine des énergies renouvelables.  «Il y a beaucoup de clients qui nous ont contactés. La preuve, depuis l’ouverture jusqu’à la fin de la premier journée du ce salon, notre stand a enregistré un nombre important de visiteurs professionnels, universitaires et également des revendeurs qui sont intéressés par nos produits», a-t-il noté.

Pour être à jour avec toutes les nouveautés de la recherche dans son domaine et dans le but d’améliorer davantage la qualité de ses produits solaires, Condor a signé une convention de collaboration avec le centre de développement des énergies renouvelables (CDER), a encore fait savoir le même responsable. Dans le même sens, il a fait part également d’une collaboration avec une société américaine, en Californie, mais sans pour autant donner plus de précisons.

Le directeur des énergies renouvelables au niveau de Condor a par ailleurs regretté le manque de disponibilité des matières premières au niveau local, notamment le verre et l’aluminium. «Il n’y a personne en Algérie qui fabrique les matières premières dont nous utilisons dans la production, que ce soit le verre ou l’aluminium. C’est un grand problème. Nous avons même contacté des fournisseurs européens et asiatiques pour nous approvisionner», a-t-il dit.

Benhammada qui qualifie le marché algérien des énergies renouvelables de «très porteur» avec en perspective l’installation de 22 mille MW d’ici l’année 2030, a indiqué, en outre, que seul 1% de cet ambitieux programme a été réalisé jusqu’à présent.