Coopération belge dans le domaine de l’environnement

La Coopération Technique Belge s’apprête à lancer en Algérie un nouveau programme d’appui à l’environnement.

Ce programme d’un montant de 20 millions d’euros est dédié essentiellement à l’amélioration de la politique environnementale en Algérie à travers notamment la formation et la prise en charge des experts aussi bien Algérie qu’en Belgique.

Le représentant de l’Agence Belge de Développement, M. Luc Vanbellingen, a indiqué que ce programme, signé le 10 décembre dernier à l’issue de la tenue de la commission mixte de la coopération technique algéro-belge, s’étalera sur 5 ans et devrait aboutir à un véritable transfert technologique vers les différents organismes et entreprises algériennes dans les secteurs de l’environnement, de l’eau et du transport. Il sera mis en œuvre sous forme de jumelage et de partenariats entre des sociétés ou des organismes belges avec leurs homologues algériens dans le but d’améliorer le fonctionnement du traitement des déchets ménagers et hospitaliers ».

Outre la problématique du traitement des déchets ménagers et hospitaliers, ce programme vise également l’aspect environnemental du secteur des transports et les métiers de l’eau. La CTB va essayer d’encourager l’utilisation des moyens de transport moins polluant qui fonctionnent, à titre d’exemple, avec du gaz naturel pressé qui est le système le moins nocif à l’environnement en espérant que le ministère algérien des transports soit réceptif au programme.

Dans le secteur de l’eau, les Belges comptent appuyer le Centre de Formation aux métiers de l’Eau de manière à ce que les techniciens puissent se spécialiser dans la qualité de l’eau, les installations  et les réparations dans la mesure où  l’eau est le premier vecteur de pollution ou de propreté. La CTB compte renforcer cet organisme, créé par l’Algérienne Des Eaux (ADE) en lui apportant le soutien nécessaire pour la conception et la préparation des programmes de formation au profit des formateurs.

Qualifiant de positif le bilan du programme 2009 – 2014 et d’excellent le niveau de coopération entre l’Algérie et la Belgique, M. Luc Vanbellingen a néanmoins déploré « l’extrême complexité » du système bancaire algérien qui demeure, selon lui, une des entraves majeure à la mise en exécution des programmes de coopération et de partenariat avec notre pays.