Des questions sur l’armement des corvettes de la classe Aldhafer

Il y a deux semaines, il a été procédé, au niveau de la Façade maritime Ouest/ 2e Région Militaire, à l’exécution d’un exercice de tir réel expérimental d’un missile anti-aérien, menée par l’équipage de la corvette « Ezzadjer« , numéro de bord 922. Cette dernière fait partie de trois corvettes de la classe Aldhafer fabriquées en Chine pour la marine algérienne. L’exercice entrait dans le cadre de l’exécution du programme de préparation au combat 2016-2017 et des essais techniques de systèmes d’armes acquis récemment. L’exercice visait également à renforcer le niveau de coordination entre les différents Commandements de Forces, ainsi que l’évaluation des capacités d’exploitation réelle des armements de missiles. Il s’est conclu avec succès en atteignant la cible avec une grande précision selon le communiqué officiel du Ministère de la défense nationale. Auparavant, une corvette de ka classe Adhafer avait tiré avec succès un missile anti-surface C-802 contre une cible flottante.

Au même moment, le site spécialisé dans le suivi de l’industrie militaire chinoise East Pendulum, a posté des photos de la maquette de ce qui pourrait-être l’évolution du concept de corvette lourde C28 fabriquée par l’entreprise chinoise CSSC, dont l’Algérie a été le premier client. Cette maquette présentée lors de l’IDEAS (International Defense Exhibition and Seminar) à Karachi au Pakistan, propose une évolution majeure du concept C28 en augmentant sa furtivité et en y installant une superstructure supportant un radar AESA. Le projet prévoit le remplacement du système de missile anti-aérien FM-90N par un HQ16 navalisé monté dans 16 ou 32 VLC. Un CWIS missile FL-3000N a été ajouté en plus des deux canons à haute cadence de tir PJ-12B, qui ont été déplacés vers le centre du navire. En revanche, le système de missiles surface-surface semble être le même, avec des rampes de lancements sur le pont (C802 ou 803). Les experts militaires doutent que ces modifications électroniques intéressent la marine algérienne qui serait très satisfaite du radar Thales et du système de combat du navire.

Cependant, certaines sources avancent que la marine algérienne serait très déçue par les performances du FM-90N et même des missiles surface-surface subsoniques (C-802) Ces sources vont jusqu’à prétendre que la marine algérienne pourrait faire un appel d’offres concernant le remplacement du segment armement des corvettes de la classe Aldhafer à l’horizon 2018. Les experts interrogés assurent, de leur côté, que même s’il est vrai que la marine algérienne a déjà renvoyé en Chine des missiles jugés insatisfaisants, rien n’indique qu’elle se décidera à remplacer les missiles chinois de ses corvettes par des missiles européens (comme c’est le cas des frégates Meko A-200 de fabrication allemande). Pour ces experts, le recours aux missiles chinois pour les corvettes de la classe Aldhafer, même s’ils sont de moindre qualité que leurs homologues européens, s’explique par un souci de diversification et d’autonomie dans la mesure où la Chine offre plus de possibilités en matière de transfert technologique que les Européens.