En attendant le Su 57 l’aviation algérienne va avoir des Su 35

L’armée algérienne serait en négociations pour acquérir 14 avions furtifs russes de cinquième génération Su 57 mais les mêmes sources affirment qu’en même temps, l’armée algérienne aurait commandé 14 chasseurs bombardiers de quatrième génération Su 35, quelques mois seulement après avoir commandé 14 chasseurs bombardiers Su 30 MKA supplémentaires et 14 chasseurs Mig 29 M. Comment expliquer ces décisions apparemment incompréhensibles ?Les experts interrogés ne trouvent aucune contradiction dans ces choix qu’ils expliquent par deux facteurs. D’une part, aucune armée ne pourrait se contenter d’opérer avec un avion de cinquième génération dont le coût d’emploi et d’entretien sera toujours onéreux. Les armées continueront d’utiliser des avions de quatrième génération moins coûteux pour des théâtres d’opérations et pour des missions spécifiques qui n’exigent pas l’intervention d’un appareil furtif.

Le second facteur qui explique la commande simultanée d’appareils de quatrième génération se rapporte aux délais de livraison. L’aviation russe devait recevoir un premier lot de 12 Su 57 avant la fin de l’année 2019, mais il y a quelques jours, un Su 57 qui faisait partie du lot à livrer s’est écrasé lors d’un test d’essai à la suite d’une panne ayant pour origine le système informatique de contrôle de vol. Cet incident devrait retarder la livraison des premiers Su 57 à l’aviation russe qui en aurait commandé un total de 76 appareils à recevoir d’ici 2028. L’aviation algérienne ne devrait pas recevoir ses premiers appareils avant 2025. C’est la raison qui explique que l’armée algérienne ait signé en même temps un autre contrat pour l’acquisition de 14 Su 35 avec une option pour 14 autres appareils supplémentaires.

Pour rappel, même s’il reste un appareil de 4e génération, le Su 35 a bénéficié de nombreuses technologies développées dans le cadre du programme du Su 57 et pourrait servir aux équipages de l’aviation algérienne de faire leur transition vers l’appareil de 5e génération. Le projet d’acquisition du Su 35 était déjà dans les tablettes du commandement de l’armée algérienne depuis plusieurs années puisqu’il était censé remplacer les vieux Mig 25, devenus obsolètes, dans le rôle d’interception stratégique des menaces aériennes sur de longues distances. Jusqu’ici, seule l’Egypte a commandé une vingtaine de Su 35 provoquant ainsi la colère de son allié américain qui a brandi la menace de sanctions. De son côté, la Turquie a manifesté son intérêt pour cet avion dans le cas où les USA continuent de lui refuser le F 35 en signe de représailles contre sa décision d’acquérir le système anti-aérien russe S 400.