Grève des enseignants en solidarité avec les contractuels

Trois syndicats autonomes de l’éducation ont appelé à une journée de grève nationale en solidarité avec les ensignants contractuels et vacataires en lutte. Le porte-parole du Cnapeste,  Messaoud Boudiba a déclaré au quotidien Echorouk que le mot d’ordre de grève a été largement suivi au niveau des différents établissements scolaires avec un taux qui oscille entre 60 et 100%. « Les rassemblements devant les sièges des directions de l’éducation étaient  réussis et bien organisés », s’est félicité Messaoud Boudiba. En revanche, il a regretté la dispersion par les forces de l’ordre des rassemblements des enseignants devant les sièges des directions de l’éducation d’Alger Est et Alger Centre. Sur la légalité de ce mouvement de contestation, M. Boudiba a dit que « c’est une journée de solidarité avec les enseignants contractuels et nous ne sommes pas là pour parler de la légalité ou de l’illégalité de l’action. Nous appelons la tutelle à trouver une solution radicale à cette problématique».

Abondant dans le même sens, le chargé de communication du Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE), Kouider Yahiaoui a affirmé également le succès des sit-in organisés par les travailleurs du secteur devant les directions de l’éducation. « Ces actions visent à la fois à exprimer notre soutien aux enseignants contractuels et à attirer l’attention de l’opinion publique et les autorités quant à la gravité de la situation inhumaine des contestataires et l’indifférence vis-à-vis de leurs revendications légales» a précisé Kouider Yahiaoui.

Par ailleurs, le SNTE a appelé la ministre de l’éducation de « cesser les déclarations provocatrices qui hypothèquent l’avenir de l’école publique». Le Syndicat a également interpellé le chef de l’Etat, par l’intermédiaire des walis, à intervenir en vue de prendre une décision politique urgente de sorte que justice soit rendue « à des centaines d’enseignants contractuels rassemblés à Boudouaou», jugeant leur cause juste et estimant que la réaction de ces derniers a pour but de dénoncer l’injustice dont ils sont victimes.