La capitale belge frappée par trois explosions terroristes

La capitale belge, Bruxelles, a été la cible de trois explosions terroristes qui auraient fait au moins 34 morts et plus de 250 blessés. Deux explosions ont eu lieu à l’aéroport international de Zaventem et une à la station du métro bruxellois Maelbeek. A l’aéroport de Zaventem, 14 morts et 106 ont été blessés dans deux explosions (probablement deux attentats-suicide) survenues vers 8h. Une troisième bombe, qui n’a pas explosé, a été désamorcée. Des explosifs ont à nouveau été découverts mardi soir, selon une source policière. Les lieux sont à nouveau bouclés. Le service de déminage s’est rendu sur place.Dans le métro Maelbeek : une vingtaine de morts et 130 blessés dans une explosion survenue vers 9h10 dans une rame de métro à la station Maelbeek, près des institutions européennes. Mais le bilan risque malheureusement de s’alourdir. L' »Etat islamique » a revendiqué des attaques « menées avec des ceintures et des engins explosifs », selon le site américain spécialisé SITE. Un avis de  recherche a été émis à l’égard d’un homme suspecté d’être impliqué dans l’attentat de Zaventem. Des perquisitions sont en cours dans la commune de Schaerbeek (Bruxelles) Un engin explosif contenant des clous, ainsi que des produits chimiques et un drapeau de l’Etat islamique ont été découverts lors de perquisitions.

Les autorités belges ont décrété trois jours de deuil national dès ce mardi. Suite à ces attentats, l’ensemble du pays a été placé en niveau d’alerte maximum, le niveau 4. Le plan catastrophe provincial a été déclenché, a indiqué le gouverneur du Brabant flamand Lodewijk De Witte. Tous les services compétents sont attendus au comité de coordination, qui analysera la situation, en concertation avec le centre de crise national, afin de définir les mesures nécessaires. L’activité aéroportuaire a été suspendue mardi jusqu’à nouvel ordre. Toutes les voies d’accès à l’aéroport sont en train d’être fermées et les vols à destination de Zaventem sont déviés, a confirmé Belgocontrol. « Tous les vols sont déviés vers des aéroports régionaux, y compris vers Lille si besoin », a précisé le contrôleur aérien. La circulation des transports publics a été interrompue à Brussels Airport sur ordre de police. Toutes les lignes du métro bruxellois ont été fermées. Les autorités belges ont lancé un avis à la population bruxelloise : « Restez où vous êtes ».

Suite au double attentat qui a frappé l’aéroport de Zaventem et la station de métro Maelbeek ce mardi matin, des perquisitions sont en cours en région bruxelloise, dans la commune de Schaerbeek. Un engin explosif contenant des clous, ainsi que des produits chimiques et un drapeau de l’Etat islamique ont été découverts lors de perquisitions. Des personnes suspectées d’être liées aux attentats sont activement recherchées. «L’enquête est toujours en cours», a déclaré le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders. «On craint toujours qu’il y ait des personnes dans la nature», a-t-il ajouté. Le parquet fédéral demande instamment à la presse de s’abstenir de communiquer des informations relatives à l’enquête judiciaire en cours afin de ne pas nuire à l’enquête. Les médias belges se sont engagés à respecter la demande du Parquet bruxellois. Les autorités belges n’ont pas besoin de censurer les médias. Ces derniers recourent à l’autocensure dans pareilles circonstances. Ce qui est compréhensible. Sauf que si les choses se passaient en Algérie et si dans pareil cas les autorités algériennes avaient donné une injonction similaire, les médias occidentaux auraient crié à l’atteinte à la liberté de la presse. Les observateurs redoutent que ces attentats terroristes, comme ceux qui les ont précédés, risquent d’attiser le climat de méfiance et de stigmatisation dont sont victimes les communautés musulmanes installées dans le pays. Les associations des défense des droits de l’Homme pointent du doigt notamment la multiplication des mesures liberticides et l’accroissement des actes islamophobes et des violences policières dans un climat sécuritaire de plus en plus tendu.