La Chine livrera bientôt la première corvette C28A à la marine algérienne

Selon le site spécialisé Navy Recognition, le chantier naval Hudong-Zhonghua, une filiale de la compagnie de construction navale chinoise (CSSC, le plus grand groupe de construction navale en Chine) a lancé la seconde corvette lourde C28A destinée à la Marine algérienne le 6 février 2015. L’Algérie a signé un contrat avec la compagnie chinoise pour la construction de trois corvettes lourdes C28A en mars 2012. La première corvette a été lancée au même chantier naval situé près de Shanghai en août de l’année dernière. Le bâtiment en question aura environ 120 mètres de longueur et 14.4 mètres de largeur pour un déplacement d’environ 2880 tonnes, ce qui en fait en fait une frégate légère plutôt qu’une « corvette » lourde comme c’est indiqué dans les sources. D’ailleurs, les trois bâtiments sont immatriculés 920, 921 et 922 comme les autres frégates de les forces navales algériennes (901, 902, 903).

Les trois corvettes actuellement en construction au chantier naval situé près de Shanghai seront dotés de systèmes chinois et Occidentaux. Outre la coque, le sonar est d’origine chinoise, mais l’Algérie a choisi le radar de surveillance aérienne et de surface européen 3D Mk2 Intelligent-S(Chic-S) de Thales-Nederland et le radar de navigation Kelvin Hughes. Pour ce qui est du système de propulsion, l’Algérie a opté pour les mêmes moteurs MTU de fabrication allemande qui équiperont ses frégates allemandes Meko A200. Pour les hélicoptères embarqués sur les C28A, la marine nationale a opté pour le même type que celui embarqué sur les frégates Meko A200 et le BDSL italien, à savoir le AW159 Wildcat de fabrication anglo-Italienne.

En revanche, le système d’armes sera exclusivement d’origine chinoise  et consistera dans :
– Un canon 76mm, 8x C802 missiles anti-navires (missile comparable au missile Harpoon d’une portée initiale de 120 km mais amélioré pour atteindre une portée de 180 km), 1 lanceur FM90N avec 8x missiles antiaériens HQ7 (missile développé sur base du Crotale), 2 triples lanceurs pour torpilles de 324 mm. et 2 canons type CIWS 730 situés au-dessus du hangar d’hélicoptère.

La livraison de la première corvette est prévue pour le mois de mai 2015 selon le site de défense. Cependant, le site ne précise pas s’il s’agit de la livraison définitive du bâtiment à la marine algérienne ou s’il s’agit seulement de sa réception par l’Algérie pour le diriger vers le chantier naval néerlandais où aura lieu l’installation des systèmes de surveillance électronique Thalès et le système de navigation britannique Kelvin Hugues. L’installation des systèmes européens de navigation et de surveillance comme des systèmes d’armes chinois peut également être envisagée localement, à Mers El Kébir. Les techniciens de l’entreprise de construction et de rénovation navales (ECRN) de Mers El Kebir, une structure dépendant du ministère de la défense nationale, ont déjà une certaine expérience en matière d’intégration de systèmes électroniques d’origines diverses comme ce fut le cas dans les années 80 et 90 avec les systèmes britanniques et chinois montés sur ses corvettes de la classe Djebel Chenoua ou ses vedettes lance-missiles.

Avec l’acquisition de ces 3 corvettes chinoises, qui seront suivies de trois autres selon certaines sources, les forces navales algériennes continuent leur modernisation sur la base d’un programme respectant le souci de diversification des fournisseurs. Après avoir commandé un porte-hélicoptère italien, 2 frégates allemandes Meko A200 (plus 2 en option) et 2 nouveaux sous-marins russes Kilo 636M, les forces navales algériennes ont décidé de continuer à travailler avec le partenaire chinois dont elles apprécient le sérieux et l’ouverture, notamment en matière d’intégration de systèmes d’origines diverses comme c’est le cas dans la corvette C28A, un partenaire qui semble par ailleurs plus coopératif en matière de transfert de technologie