L’Algérie aurait conclu un contrat pour l’acquisition de 10 Sukhoi 35

L’agence d’information russe Sputnik News a révélé, ce jeudi 21 juillet, que l’Algérie a conclu un contrat pour la livraison de 10 chasseurs-bombardiers Sukhoi35. Le site d’information russe dévoile également que la Chine a conclu un contrat pour 24 exemplaires du même appareil et que plusieurs pays s’intéressent à cet avion de chasse dont l’Indonésie, le Vietnam et l’Egypte. D’autres sources parlent également de l’intrêt du Pakistan pour cet appareil. Ce n’est pas la première fois qu’une source russe révèle l’intérêt de l’armée algérienne pour cet avion lourd multi-rôles russe. Les forces aériennes russes possèdent actuellement 48 Su35 et ont commandé 48 autres appareils supplémentaires. Le prix unitaire d’un Su-35 à l’export serait d’environ 90 millions de dollars et c’est ce qui expliquerait que l’armée de l’air algérienne ne peut s’offrir dans un premier temps qu’un nombre limité d’appareils (10) alors que normalement un escadron dans les forces aériennes algériennes comprend au moins 14 appareils. Si l’information donnée par le site russe se confirme, cela voudrait dire que les forces aériennes algériennes pourraient compter d’ici la fin 2018 au plus tard sur une soixantaine de Su30 MKA et une dizaine de Su35 sans parler d’une douzaine de bombardiers tactiques Su-34/32.

L’acquisition du Su-35 va relancer le débat sur la nouvelle doctrine des Forces aériennes algériennes. Alors qu’on s’attendait à ce que le Su-35 vienne remplacer le Mig25 devenu obsolète, des sources proches de l’armée algérienne affirment que le Su-35 sera affecté à la 3e escadre de défense aérienne qui opère actuellement avec une trentaine de Mig29. Si cette information se confirme, cela voudrait-il dire que les Forces aériennes algériennes vont abandonner l’ancien schéma basé sur un mix entre avions lourds/avions légers et parier sur le tout Sukhoi ? Dans ce cas, chacun des appareils Sukhoi (Su-35, Su-30, Su-32) serait dédié à une mission spécifique : interception, interdiction et défense aérienne, bombardement tactique à basse altitude. Mais parier sur un seul vecteur d’un seul fourisseur n’est pas sans inconvénients selon certains experts militaires algériens qui estiment qu’il serait mieux avisé pour les Forces aériennes algériennes de compter sur un autre vecteur, plus léger et plus économique, pour la police du ciel en temps de paix et pour la défense aérienne. Le problème qui se pose est que le remplaçant russe du Mig29, le fameux Mig35, est toujours en cours de développement et l’Algérie semble hésiter à se procurer un avion de chasse occidental.

Pour revenir au Su-35, récemment, le magazine américain National Interest a évoqué les performances techniques du Su-35 et les a comparées avec ses nombreux équivalents occidentaux. D’après le journal américain, l’avion russe serait un adversaire redoutable face à des avions comme le F-15, l’Eurofighter et le Rafale sans parler du F16 qui reste complètement à la traîne par rapport à l’avion russe. Certaines caractéristiques de ce chasseur de génération « 4++ » dépasseraient même celles de l’avion de cinquième génération  (F35) adopté par l’Otan. Ayant une poussée vectorielle, le Su-35 se caractérise par sa super-manœuvrabilité. Ses turboréacteurs Saturn Al-41F1S possèdent des déflecteurs qui permettent à l’avion d’ajuster son tangage et ainsi augmenter son angle d’attaque. Grâce à cette technologie, le Su-35 peut voler dans une direction alors que son nez regarde dans l’autre. Seul un chasseur occidental fonctionnant est capable de faire pareil, il s’agit de l’avion de chasse de cinquième génération F-22 Raptor. Le magazine américain rappelle également le système de contre-mesures électroniques qui permet au chasseur russe de désorienter les radars ennemis et guider leurs projectiles sur une fausse trajectoire. Avec une signature radar réduite grâce à ses dispositifs de guerre électroniques, le Su-35 est capable de combattre au-delà de la ligne de mire. La vitesse maximale du Su-35 à haute altitude atteint 2.500 km/h, une vitesse supérieure à celle du chasseur américain de cinquième génération F-35.