L’Algérie aurait signé un contrat pour l’acquisition de 12 bombardiers Su-32

Il y a quelques mois, nous nous faisions l’écho d’informations officieuses indiquant que l’armée de l’air algérienne s’intéressait au bombardier russe Sukhoi 32, la version export du bombardier tactique Su-34. Plusieurs sites d’informations russes viennent de relayer l’information selon laquelle l’Algérie aurait signé en 2016 un contrat en vue d’acquérir une douzaine de bombardiers Su-32.

Le site South Front indique qu’ « au cours du salon aéronautique de Singapour, une foire d’armes (16-21 février 2016), l’Algérie a signé un contrat pour un premier lot de douze appareils Su-32 (la version d’exportation du Su-34). L’Algérie entend acquérir un total de quarante Su-34 et quatorze Su-35. D’ici 2017, l’Algérie est également censée recevoir quatorze avions russes Su-30MKI multi-rôle. » Le site cite d’autres pays qui seraient intéressés par ces appareils russes comme la Malaisie et l’Indonésie.

Si cette information se confirmait, cela signifierait que l’armée de l’air algérienne ne compte pas changer de doctrine puisque le bombardier tactique Su-32 viendrait tout simplement remplacer le bombardier Su-24 MK2 qui sera progressivement retiré du service d’ici 2020. Dans ce cas de figure, le Su-30 MKA continuera à être optimisé pour l’interception, l’interdiction et la supériorité aérienne même si son caractère multi-rôle lui permet d’effectuer également des missions d’attaque au sol. Pour rappel, certains experts estiment que le bombardier Su-32 n’est pas indispensable dans la mesure où le Su-30 MKA est capable d’effectuer l’ensemble des missions de défense aérienne et de bombardement. Mais pour d’autres experts, l’existence d’un chasseur-bombardier multi-rôle comme le Su-30 MKA ne pourra jamais remplacer un bombardier spécialisé dans la pénétration derrière les lignes ennemies et l’attaque à basse altitude.