L’Algérie demande à réexaminer l’initiative d’une force arabe

Le représentant du président de la République au 26ème sommet arabe, Abdelkader Bensalah a appelé, samedi à Charm el Cheikh, à la préservation de la sécurité arabe, mettant en avant l’appel de l’Algérie à « soumettre l’initiative de création d’une force militaire arabe commune à un examen plus approfondi ». « La préservation de la sécurité arabe est, sans nul doute, l’un des principaux défis qui se posent à notre nation arabe, d’où l’impératif de définir un mécanisme qui nous permette de mieux faire face aux menaces qui guettent nos pays », a souligné M. Bensalah, dans son intervention devant les dirigeants arabes.

« L’Algérie appelle à soumettre l’initiative de création d’une force militaire arabe commune à un examen plus approfondi dans le respect de la souveraineté de chaque pays, à même d’optimiser les chances d’aboutissement de ce projet », a-t-il ajouté. Par ailleurs, M. Bensalah a rappelé que « l’approche algérienne pour éradiquer le terrorisme, ce phénomène transnational ne s’est pas limitée à la dimension sécuritaire, elle a aussi englobé la relance du dialogue et de la réconciliation nationale, en proposant des alternatives et des stratégies globales ».

M. Bensalah a émis le voeu que le centre des Nations unies pour la lutte contre le terrorisme (UNCCT) accède à la requête du Conseil des ministres arabes de l’Intérieur (CMAI), lors de sa dernière réunion à Alger, pour programmer une rencontre internationale consacrée à la lutte antiterroriste, en vue d’examiner ce phénomène et proposer les moyens de le contrer ».

Pour les dirigeants arabes réunis en sommet à Charm el Cheikh se sont mis d’accord sur le principe de créer une force militaire arabe conjointe avec une adhésion facultative des pays membres. Cette force « sera essentiellement investie des missions d’intervention militaire rapide, à la demande du pays concerné, face aux menaces qui guettent la paix et la sécurité arabes », selon la résolution adoptée par la Ligue arabe. « Le Secrétaire général de la Ligue arabe, en coordination avec le président du sommet invitera une délégation de haut responsables sous la supervision des chefs d’état-major des pays membres, qui aura un mois pour étudier tous les aspects de cette force militaire conjointe et faire des recommandations sur ses procédures, ses mécanismes et son budget », lit-on dans le texte.