Le président Bouteflika condamne le « crime barbare » d’Orlando

L’Algérie qui a eu à faire face à la barbarie du terrorisme durant la décennie 90 ne peut rester insensible aux actes terroristes qui se produisent dans le monde. La fusillade terroriste qui a fait une cinquantaine de morts en Floride a fait réagir le président Bouteflika, qui l’a qualifiée dimanche de « crime barbare ». « C’est avec stupeur que j’ai appris l’horrible massacre qui a fait des dizaines de morts et de blessés dans la ville d’Orlando », écrit le président Bouteflika dans message de condoléances adressé à son homologue américain, Barack Obama.

« L’Algérie condamne ce crime barbare », ajoute le chef de l’Etat. « Au nom du peuple algérien, de son gouvernement et en mon nom personnel, je vous exprime nos sincères condoléances et vous prie d’en faire part aux familles des victimes », indique le président de la République. « Je vous prie de croire, Monsieur le président et cher ami, en l’assurance de ma haute considération », conclut le chef de l’Etat.

Pour rappel, le président Bouteflika a été parmi les premiers chefs d’Etat à condamner les attentats du 11 septembre 2001 qui ont constitué un tournant majeur dans la politique internationale. C’est au nom de la lutte contre les auteurs de ces attentats que les Etats-Unis ont justifié leur guerre contre l’Afghanistan. Par ailleurs, la diplomatie algérienne a su profiter du nouveau contexte international engendré par ces attentats pour rompre l’isolement du pays et inaugurer une politique de coopération active en matière de lutte antiterroriste avec les puissances occidentales, avec à leur tête les Etats-Unis.