Leon se félicite de la réussite de la réunion des partis libyens à Alger

L’envoyé spécial des Nations unies pour la Libye, Bernardino Leon, s’est félicité de la réussite de la rencontre d’Alger, qui a regroupé des représentants de partis et des acteurs politiques libyens dans le cadre du dialogue interlibyen, et dont la première réunion a pris fin mercredi. « Lors de cette rencontre, tout le monde a été d’accord pour dire que le règlement de la crise libyenne passe par la voie du dialogue et non pas par l’intervention militaire », a déclaré M. Leon lors d’une conférence de presse à l’issue de la première réunion du dialogue interlibyen, ouverte mardi à Alger.

« Nous avons souligné également l’importance de la préservation de l’unité de la Libye, de la protection de la vie humaine et de la non-ingérence dans les affaires internes du pays », a ajouté l’émissaire onusien. Pour M. Leon, la rencontre d’Alger « constitue un début qui a permis d’évoquer des questions cruciales pour la réussite du processus du dialogue politique entre les Libyens, dont les acteurs politiques fondamentaux ont participé aux travaux du rendez-vous d’Alger ».

Les chefs de partis politiques et des personnalités influentes sur la scène politique libyenne se sont engagés mercredi à Alger à respecter le processus politique et le dialogue pour le règlement de la crise en Libye, mettant l’accent sur « l’importance de la conjugaison des efforts en matière de lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes ». Dans la Déclaration d’Alger ayant sanctionné le premier round des négociations qui s’est tenu à Alger pendant deux jours, les participants ont souligné « leur engagement à respecter le processus politique basé sur la démocratie et l’alternance pacifique au pouvoir ».

Ils ont exprimé « leur pleine adhésion au dialogue et leur détermination à en faire un succès dans les plus brefs délais dans le but de parvenir à un accord sur la formation d’un gouvernement consensuel alliant toutes les compétences et à la mise en place de mesures sécuritaires qui garantiraient un cessez-le-feu durable et un retrait des groupes armées de toutes les villes libyennes ». Il s’agira également de l’élaboration d’un calendrier pour la collecte d’armes et la mise en place de mécanismes clairs de suivi et de mise en œuvre.

Le document souligne l’engagement pour la préservation de l’unité de la Libye, de son intégrité territoriale, de sa souveraineté et de son indépendance outre le rejet de toute forme d’intervention étrangère. Des propositions « constructives et positives » sur ledit processus ont été présentées durant la réunion.

Se disant « totalement » convaincus de la possibilité de parvenir à une solution politique à travers le soutien du processus du dialogue, les participants ont réitéré leur engagement à réorganiser et mettre en place des forces armées, une police et dispositifs sécuritaires à même d’assurer la sécurité et la protection des citoyens et du territoire national. Ils ont, en outre, condamné « tous les attentats ayant ciblé des civils ou tout autres actes contraires au Droit international » exprimant leur « profonde inquiétude » quant à la détérioration de la situation sécuritaire en Libye et la recrudescence des actes terroristes « qui constituent désormais une menace permanente sur la sécurité et la stabilité de la Libye, son unité et sa cohésion sociale ainsi que sur les pays voisins ».