Les Algériens manifestent dans plusieurs wilayas pour El Qods

Les Algériens sont sortis hier après la prière du vendredi pour manifester leur colère et leur indignation contre la décision américaine de reconnaître El Qods comme capitale de l’Etat d’Israël. A Alger, Oran, Constantine, Skikda, Annaba, Médéa, Djelfa, Ain Defla, Sour El Ghozlane, El Eulma, Msila, El Oued, Ghardaïa, Laghouat, Batna, Béchar et dans plusieurs autres villes, les Algériens étaient nombreux pour réaffirmer leur attachement à la cause palestinienne.  Dans ce cadre, le MSP a organisé un rassemblement devant son siège central à Alger dans lequel le leader du mouvement, Abderrazak Makri, a réaffirmé la nécessité de reprendre le chemin de la résistance pour la libération de la Palestine et d’El Qods.

Partout, les Algériens descendus dans la rue ne se sont pas contentés de dénoncer les crimes de l’occupant israélien et la complicité américaine mais ont aussi dénoncé la passivité des régimes arabes et ont réclamé notamment le rappel des ambassadeurs arabes à Washington. Pour rappel, la veille, jeudi, les étudiants de l’université d’El Oued ont été les premiers à manifester leur colère contre la décision du président américain et leur attachement à la ville sainte d’El Qods.

Les observateurs politiques notent que ces manifestations en solidarité avec le peuple palestinien ont constitué une occasion pour des organisations politiques et civiles de renouer avec la mobilisation politique des citoyens autour d’une question consensuelle, puisque même les partis régionalistes kabyles (FFS, RCD) se sont cru obligés de surfer sur la vague pro-palestinienne pour ne pas perdre complètement leur crédit auprès de l’opinion publique algérienne. Cette mobilisation est la bienvenue dans le contexte actuel de dépolitisation inquiétant de la jeunesse algérienne et pourrait remettre au second plan les divergences secondaires qui ont empêché jusqu’ici les forces nationalistes et islamistes de construire un véritable front uni en vue de défendre les acquis de la Révolution algérienne et de proposer un programme alternatif de réformes qui réponde aux aspirations de la jeunesse algérienne à la dignité et au progrès social et qui puisse faire barrage aux tentatives des groupements d’intérêts mafieux de prendre le contrôle de l’Etat algérien avec le soutien des cercles néocolonialistes.