Les enseignants contractuels se rassemblent de nouveau à Béjaïa

L’évacuation par la force du camp des enseignants contractuels protestataires n’a pas mis fin à leur détermination. Chassés de Boudouaou, les enseignants protestataires se sont rassemblés de nouveau à Béjaïa. Regroupés devant le siège de la direction d’éducation de Béjaïa, les contestataires ont affirmé que malgré la dispersion de leur sit-in à Boudouaou, ils n’allaient pas abandonner leur revendication principale à savoir leur intégration. En effet, les manifestants ont réussi à mettre en échec les démarches du gouvernement en organisant une fois de plus un rassemblement à Béjaïa, lequel devrait s’étendre, selon eux, à d’autres régions du pays dans les jours à venir…

Venus de différentes wilayas du pays, ils sont quelque 120 enseignants ayant affirmé mardi à Echorouk que bon nombre de leurs collègues continuaient de dormir à la belle étoile et n’avoir aucune ressource. Une enseignante contestataire a témoigné avoir expédié des mandats à ses collègues, se trouvant sans un sou en poche à Bordj Bou Arreridj et Aïn Defla, et ce pour pouvoir les rejoindre à Béjaïa. En outre, plusieurs citoyens ont exprimé leur solidarité avec plusieurs enseignants qui devraient eux-aussi gagner très prochainement la capitale des Hammadites.

Le coordinateur des enseignants contractuels Bachir Saïdi s’est adressé à la ministre de tutelle en affirmant: « Vous avez dispersé la manifestation de manière illégale, en l’absence de préavis, en faisant usage des haut-parleurs et sans autant respecter notre médiation. Alors pourquoi n’acceptez-vous pas l’intégration que vous qualifiez d’illégale pour la rajouter à votre liste de dérapages ».  S’agissant des futures actions, Bachir Saïdi a souligné qu’une réunion se tiendra avec l’arrivée du reste des enseignants pour décider d’une démarche à entreprendre, en n’écartant pas une nouvelle tentative de marcher sur Alger, de tenir des sit-in de 2 jours devant chaque direction d’éducation. Pour ce faire, il a insisté sur la nécessité de renforcer la mobilisation afin de parvenir à arracher leur intégration sans condition ni concours.