Les enseignants contractuels toujours aussi déterminés

Le rassemblement des enseignants contractuels et vacataires à côté de la cité des 950 logements à Boudouaou à l’ouest de Boumerdes ne semble pas faiblir. Au contraire, à son huitième jour, le mouvement semble se renforcer puisque le nombre d’enseignants a pratiquement doublé pour atteindre environ 2000 personnes. Une partie des enseignants en lutte a choisi de faire une grève de la faim. Pour rappel, ces enseignants en lutte réclament leur intégration sur base de leur ancienneté et refusent le concours proposé par le ministère.

Au départ, le ministère ne voulait rien entendre. Mais devant l’ampleur du mouvement et la détermination des enseignants en lutte, une délégation ministérielle s’est déplacée samedi dernier et a cherché à diviser le mouvement en proposant la réintégration de 50% des enseignants concernés. Les enseignants en lutte ont catégoriquement refusé cette proposition.

Face à la détermination des enseignants en lutte, la ministre de l’éducation nationale, Nouria Benghebrit, n’a pas hésité à user d’un langage méprisant et violent. Elle est allée jusqu’à déclarer : « Vous pouvez ce que vous voulez, vous ne serez pas intégrés ! » Elle n’a pas hésité non plus à diffamer les enseignants contractuels qui sont au nombre de plusieurs dizaines de milliers en leur lançant : « Vous avez eu vos postes grâce au piston ! ».