Les pays voisins de la Libye réitèrent leur attachement à l’Accord politique

Les pays voisins de la Libye, ont rappelé à l’issue de leur réunion ministérielle mercredi, à Niamey au Niger, que l’Accord politique libyen est le seul cadre de sortie de la crise qui affecte la Libye, réaffirmant leur attachement aux paramètres de règlement politique tel que définis dans leurs précédentes réunions, notamment celle tenue le 1er décembre 2015 à Alger. Par ailleurs, Ils ont exprimé leur « profonde préoccupation » quant à la persistance de la détérioration de la situation sécuritaire en Libye, et leur solidarité avec le peuple libyen. Dans leur communiqué, les ministres représentants des pays voisins de la Libye ont en outre relevé que l' »expansion des groupes terroristes et de leurs activités connexes liées au crime organisé est une menace à la sécurité et à la stabilité dans la région qu’il s’agit de circonscrire et de neutraliser de manière déterminée et énergique ».

Les participants ont aussi réitéré leur refus de toute intervention militaire étrangère, et rappelé, que la lutte contre les groupes terroristes en Libye, doit s’inscrire dans le cadre de la légalité internationale, et que les opérations menées à cet effet, doivent répondre à une demande du Conseil Présidentiel du Gouvernement d’Entente Nationale libyen conformément à la légalité internationale, aux dispositions de la résolution 2259 adoptée par le Conseil de sécurité le 23 décembre 2015 et celles de la Charte des Nations Unies. Le communiqué final souligne que les Etats voisins de la Libye « sont les plus concernés par l’instabilité en Libye, notamment dans la région du Sud-ouest, en raison de l’expansion du terrorisme et sa jonction avec les réseaux criminels et de trafic d’armes, de drogues et d’êtres humains ».

Un appel a été adressé « aux Etats et Organisations qui veulent contribuer à une sortie de crise, de tenir compte de leur évaluation, de leur position et de leurs vues dans la conduite de toute initiative ». Dans leur communiqué, les participants ont exprimé leur détermination à continuer à œuvrer pour promouvoir et faire aboutir le processus politique en Libye, et pour créer les conditions propices au recouvrement de la sécurité et de la stabilité dans ce pays voisin. Ils ont encouragé à cet effet, le Conseil Présidentiel libyen à former un Gouvernement de large Entente Nationale, représentant toutes les forces politiques et exhorté la Chambre des Représentants à lui accorder, « dans les délais, sa confiance conformément aux dispositions de l’accord politique du 17 décembre 2015 » (APS)