Les rebelles syriens brisent le siège de la ville d’Alep

(Actualisé) La coalition de l’opposition syrienne a annoncé samedi que les rebelles ont réussi à briser le siège imposé depuis trois semaines par le régime aux quartiers est de la ville d’Alep (nord) contrôlés par les insurgés. « Les rebelles ont brisé le siège », affirme dans un tweet la coalition de l’opposition, basée à l’étranger. L’organisation « Ahrar al-Cham » a expliqué que le siège a été brisé avec l’entrée des rebelles dans le quartier Ramoussa, un quartier tenu jusqu’à présent par le régime, situé dans la périphérie sud d’Alep. Ils ont fait la jonction avec les quartiers rebelles de l’est de la ville. Plusieurs médias arabes ont fait état de la prise par les rebelles du contrôle de l’académie de l’artillerie, un complexe militaire comprenant plusieurs académies militaires (académie de l’armement, académie technique de l’air, académie de l’artillerie) et de plusieurs autres sites stratégiques de l’armée syrienne situés dans de Ramoussa à partir duquel il est possible de contrôler l’autoroute Alep-raqqa et Alep-Hama. Selon un journaliste de l’AFP dans la partie rebelle d’Alep, les habitants ont tiré en l’air et sacrifié des moutons pour marquer leur joie.

De leur côté, les médias d’Etat syriens ont démenti que le siège des quartiers rebelles d’Alep ait été brisé faisant état d’une poursuite des combats. Cependant, selon l’Obervatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les forces du régime étaient dimanche sur la défensive après le grave revers subi la veille face à une coalition regroupant rebelles islamistes et jihadistes à Alep, deuxième ville de Syrie où se poursuivent des combats sporadiques. « L’armée syrienne et ses alliés ont subi une très sérieuse défaite », a affirmé Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), soulignant que les rebelles ont non seulement brisé le siège imposé à leurs quartiers mais aussi réussi à encercler leurs adversaires. Dimanche, les forces du régime n’ont lancé aucune contre-attaque en dehors de raids de l’aviation Des combats sporadiques se poursuivaient cependant dimanche à la périphérie sud d’Alep, selon l’OSDH.

Cependant, la route qui permet désormais de désenclaver les quartiers est reste dangereuse pour les civils, a souligné l’OSDH, son directeur Rami Abdel Rahmane faisant état de « combats et raids aériens sporadiques, mais de moindre intensité ». « Pas un seul civil n’a quitté les quartiers est car la route est très dangereuse et pas sécurisée », a-t-il expliqué à l’AFP.  Selon l’OSDH, les quartiers ouest progouvernementaux sont maintenant assiégés par les rebelles. « Les quartiers ouest d’Alep sont maintenant assiégés. Il n’y a plus de route sûre pour les civils se trouvant dans les quartiers gouvernementaux pour entrer ou sortir de la ville », a indiqué M. Abdel Rahmane. Pour rappel, la deuxième ville de Syrie est devenue un enjeu majeur de la guerre qui ravage ce pays. Elle est divisée depuis 2012 entre des quartiers ouest contrôlés par les forces du président Bachar el-Assad et des quartiers est tenus par les rebelles. Depuis le 17 juillet, le régime syrien avait réussi à assiéger totalement les quartiers rebelles, coupant toute voie de sortie pour leurs 250.000 habitants qui manquent de tout (AFP)