Tony Blair et l’exception algérienne

L’ancien Premier ministre travailliste britannique Tony Blair a déploré à Londres la situation prévalant en Libye la qualifiant de « désordre qui déstabilise tout ce qui l’entoure, à l’exception de l’Algérie ».

Dans une conférence centrée essentiellement sur les dangers de l’islamisme radical, intitulée « Why Middle East matters » (pourquoi le Moyen-Orient compte), le Représentant du quartette international pour le Proche-Orient a expliqué que l’Algérie devrait être épargnée des soubresauts des événements du +Printemps arabe+, « en partie parce qu’elle a connu un conflit, justement en raison de l’islamisme, qui a causé plusieurs milliers de morts ».

M. Blair a considéré l’ »islamisme radical » comme « la plus grande menace de ce début du 21ème siècle », estimant que « l’interprétation radicale et politique de l’Islam, déformant le vrai visage de cette religion, est à l’origine de la violence islamiste ».

Pour l’ancien Premier ministre britannique, « les mouvements prônant l’islamisme radical sont incompatibles avec la démocratie dont l’essence est le débat, le respect de l’opinion de l’autre et l’alternance au pouvoir » et l’islamisme radical « est en porte à faux avec le monde moderne fondé sur l’échange, le pluralisme et la connectivité ».

En conclusion, M. Blair a estimé qu’il était possible d’esquisser une réponse internationale à l’islamisme radical, parce que les trois pôles essentiels du système international, à savoir l’Occident, la Russie et la Chine, sont, selon lui, menacés par ce phénomène.

Il prône en matière d’action à long terme et en collaboration avec les pays musulmans, « une réforme en profondeur des programmes d’enseignement dans ces pays, donnant plus de place aux droits de l’homme et à l’ouverture sur les autres ».

Bien entendu, à aucun moment, Blair n’a soulevé la question de l’oppression des régimes à la botte des puissances occidentales dans la région qui est aussi à l’origine d’une contestation radicale qui trouve parfois un dérivatif dans un discours religieux mal assimilé. Par ailleurs, Blair n’a pas non plus soulevé la responsabilité de son pays des autres puissances occidentales (France,USA) dans la guerre d’agression qui a ciblé la Libye et qui a engendré l’insécurité actuelle dont ces mêmes puissances se plaignent aujourd’hui.