Vidéo : Le député Slimane Saadaoui se solidarise avec Naïma Salhi

La levée de bouclier des médias à la solde à la solde du pouvoir et de la mafia politico-financière contre la députée Naïma Salhi est en train de se transformer en son contraire. Sur les réseaux sociaux, des centaines d’internautes algériens se sont élevés contre le terrorisme idéologique pratiqué par les berbéristes à l’encontre de leurs adversaires.

Si dans la classe politique algérienne, l’opportunisme ambiant explique largement le silence de la grande majorité des députés et sénateurs, ce n’est pas le cas de tous les députés. C’est ainsi que le député indépendanf de la wilaya de Naama, Slimane Saadaoui, a laissé exploser sa révolte sur un plateau télé contre la dictature intellectuelle d’un courant minoritaire dont tout le monde connaît les véritables desseins politiques et sa volonté de servir comme un cheval de Troie aux velléités néocoloniales françaises en Algérie.

Le député de Naama a notamment rappelé que dans sa wilaya, il y a cinq communes où les habitants parlent le chelha mais qui s’interrogent sur les raisons qui poussent les autorités à leur imposer un tamazight qui n’est qu’un kabyle recyclé et enseigné en caractères latins. Par ailleurs, ces habitants se sont étonnés de voir que la liste des enseignants proposés dans leurs communes respectives a été remplacée par une liste composée exclusivement d’enseignants en provenance d’Alger. Ces enseignants qui ne connaissent pas le chelha seront amenés à enseigner aux élèves un tamazight proche du kabyle écrit en alphabet latin, ce que les parents d’élèves dans ces communes refusent de manière catégorique.