Des corvettes russes Tigre pour la marine algérienne ?

Une source russe vient de révéler que plusieurs pays dont l’Algérie s’intéressent au nouveau missile naval antiaérien Shtil-1 conçu et fabriqué par l’entreprise Start située dans l’Oural. Comme il s’agit d’un missile tiré à partir d’un lanceur vertical, les observateurs s’interrogent sur la plateforme que les forces navales algériennes vont utiliser pour ce nouveau missile dans la mesure où les corvettes chinoises C28A, dont la première (sur trois commandées) vient d’être réceptionnée par la marine algérienne, ne disposent pas de lanceur vertical. Les navires d’origine occidentale commandés par la marine algérienne (frégates allemandes MEKO A200 et le BDSL italien) ne sont pas censés disposer d’armements russes.

La seule hypothèse plausible serait que les futures corvettes chinoises qui font partie d’une option de trois corvettes supplémentaires seraient dotées d’un lanceur vertical mais là également des observateurs émettent un doute dans la mesure où si la marine algérienne recourt à des corvettes chinoises c’est notamment en vue de bénéficier des missiles chinois C-802. Reste la dernière hypothèse. Les missiles Shtil-1 seraient commandés dans le but de les placer sur des corvettes russes. En effet, une source russe vient de révéler que deux corvettes russes du projet 20380 TIGRE sont actuellement en cours de construction pour l’Algérie, information qui a été relayée par plusieurs sites algériens. Cependant, aucune source officielle algérienne ou russe n’est venue confirmer cette information que plusieurs experts estiment improbable. Pourquoi la marine algérienne devrait-elle avoir deux types de corvettes ?

Pour les observateurs, les sites qui ont donné l’information sont restés accrochés aux négociations antérieures à 2011 au cours desquelles la marine algérienne s’intéressait au projet des corvettes Tigre, projet délaissé par la suite par la marine algérienne au profit des corvettes chinoises C28A. L’information concernant la commande de corvettes Tigre est d’autant moins réaliste dans la conjoncture actuelle marquée par des restrictions budgétaires suite à la chute des recettes pétrolières. Cette crise pourrait selon certaines sources remettre en question y compris les options de la marine algérienne (1 BDSL et 2 frégates Meko A200 supplémentaires). La révision des programmes d’achats de la marine algérienne va dans le sens des remarques émises par les experts qui s’interrogeaient sur la stratégie suivie jusqu’ici par le Commandement des Forces navales. Si le souci de diversification et de modernisation des forces navales fait l’unanimité, les experts sont divisés sur les choix effectués. Certains experts pensent qu’un groupe naval formé d’un BDSL, deux frégates allemandes Meko et 3 à 6 corvettes chinoises est largement suffisant et qu’il vaut mieux renforcer les capacités sous-marines et investir dans des OPV bien armés et les systèmes de défense côtière mobiles Bastion. Les sources qui ont relayé l’information sur les corvettes Tigre ont pu tout simplement se tromper selon les observateurs sur le type de projet russe qui intéresse la marine algérienne.