Le CEM Ahmed Gaïd-Salah inspecte la frégate Erradii

La frégate de la classe Erradii (le dissuasif) fabriquée par les chantiers navals allemands a enfin accosté au port d’Alger. Le Général de Corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, Vice-ministre de la Défense nationale, Chef d’état-major de l’Armée nationale populaire a inspecté jeudi la frégate « Erradii », numéro de bord 910, indique le ministère de la Défense nationale (MDN) dans un communiqué. le chef d’état-major était accompagné du commandant des Forces navales, le général-major Mohamed Larbi Haouli Le Chef d’état-major a visité, à l’occasion, les différents compartiments de la frégate, où il a reçu d’amples explications sur ses composants, ses spécificités et son armement, dont deux hélicoptères assignés à différentes missions de combat et de sauvetage, ajoute le communiqué.

Dans une allocution de bienvenue prononcée à l’occasion, le Commandant des Forces navales a mis l’accent sur l' »importance que revêt cette acquisition dans l’optimisation des capacités et de l’opérabilité de nos forces navales ». Il a souligné en outre, que la concrétisation des objectifs fixés par le commandement « nécessite également la stricte application des directives et orientations, notamment celles relatives à la préparation au combat des forces, sanctionnée à l’issue de chaque année par l’exécution d’exercices d’évaluation de l’assimilation des cadres et des équipages de leurs missions ». A l’issue, le Général de Corps d’armée a donné des orientations au commandement et à l’ensemble de l’équipage de la frégate, les incitant à veiller sur sa maintenance continue, conformément aux normes prescrites, afin de préserver sa disponibilité opérationnelle au plus haut niveau.

Pour rappel, cette première frégate de la classe Erradii de 3500 tonnes fait partie d’une commande de deux frégates avec une option pour deux frégates supplémentaires. La seconde frégate (911) qui est toujours en construction par le même chantier naval sera livrée probablement avant la fin de cette année. A l’horizon 2017, les forces navales algériennes pourront compter sur un bâtiment de débarquement et de soutien logistique (BDSL) de 9000 tonnes de fabrication italienne (Le Kalaat Beni Abbes), deux frégates Meko de la classe Erradii, trois corvettes de la classe ElDhafer de fabrication chinoise mais avec l’incorporation d’une électronique occidentale et un dragueur de mines (El Kasseh1) de fabrication italienne. En 2017, les Forces navales réceptionneront également un second dragueur de mines ainsi que le premier des deux sous-marins Kiko 636M commandés en Russie (A l’horizon 2018, les Forces navales algériennes disposeront de 4 sous-marins Kilo 636 en plus de 2 vieux sous-marins Kilo 877 appelés à être remplacés à l’horizon 2020)

Les caractéristiques de la frégate Meko A200

Les frégates Meko A200 commandées par l’Algérie sont dérivées des quatre Valour (Meko A200) mises en service par la marine sud-africaine en 2006 et 2007. Ces bâtiments mesurent 121 mètres de long et affichent un déplacement de 3590 tonnes en charge.  Côté armement, les frégates algériennes doivent être dotées de huit RBS-15 Mk3. Ce missile antinavire, développé et commercialisé par le Suédois Saab Bofors Dynamics et l’Allemand Diehl BGT Defence, affiche une portée de 200 kilomètres. Embarquant une charge militaire de 200 kilos, il dispose d’un autodirecteur infrarouge, ce qui le rend autonome par rapport au porteur après le tir, ainsi que d’un GPS, lui conférant une capacité de frappe contre des cibles côtières. Pour mémoire, le RBS-15 Mk3 a été adopté par la marine suédoise, ainsi que la flotte allemande pour ses nouvelles corvettes du type 130. Comme les Valour, les Meko A200 algériennes seraient également dotées d’un système surface-air Umkhonto (32 missiles à lancement vertical), développé par la firme sud-africaine Denel Dynamics. L’artillerie comprendrait une tourelle de 76mm, deux canons de 35mm et des affûts de petit calibre. S’y ajouteraient des torpilles MU90 développées par DCNS, Thales et WASS.