L’armée algérienne teste ses drones d’attaque

L’année 2018 s’est bien terminée pour l’armée algérienne qui a réussi à tester lors d’un exercice au niveau de la base aérienne de Hassi Bahbah quatre drones Eljazair 54 et 55 avec bombardement de cibles au sol mobiles et fixes. Deux drones étaient armés, un avec des obus de 120mm non guidés et le second avec des missiles anti-chars AR-1. Selon les observateurs au fait des questions militaires, la capacité et les performances de ce drone sont impressionnantes. 10 points d’emport, la capacité de voler plus de 72 heures non stop, une vitesse de croisière de 220 Km. L’appareil bi moteur est grand, son envergure est de 20 m pour une longueur de 13 m. Annoncé comme étant fabriqué en Algérie, le drone est un montage et une amélioration locale du United 40 émirati construit par ADCOM Ststem, lui-même une conception de l’ukrainien Kharkhiv Aggregate Design Bureau, qui avait décroché au début 2010 le concours pour la réalisation d’un UCAV de longue endurance.

La version algérienne diffère un peu de la version présentée en 2013 par les Emirats Arabes Unis. Selon le magazine spécialisé Mena Defense, le montage local et les améliorations ont commencé en 2016 en Algérie avec le changement du train atterrissage, un allègement de la structure et une modification du système d’armes et du type d’armement. Les experts notent aussi l’énorme différence entre le poste de pilotage d’origine du United 40 et celui d’Eljazair 54, avec des écrans plus larges et un montage sur shelter mobile climatisé sur châssis Mercedes Zetros.  Par ailleurs, le Eljazair 54 a des capacités ASW avec un radar sous le ventre et un détecteur d’anomalies magnétiques à l’arrière, il peut prendre sous ses ailes des bouées sonar et probablement des torpilles.

Pour rappel, l’armée de l’air algérienne a déjà montré qu’elle opérait avec les drones d’attaque chinois Ch 3A et Ch 4B qui ont fait leur apparition officielle lors d’un exercice effectué à la base aérienne de Hassi Bahbah (1ere Région militaire) en automne 2018. C’était la première fois qu’ils apparaissent ainsi publiquement. L’armée algérienne teste le CH 4B depuis cinq ans dans différentes conditions, parfois difficiles. (deux drones CH 4B ont été perdus accidentellement en 2014 dans le sud algérien).Mais la surprise a été de découvrir son homologue de moyenne portée le CH 3A.  Ces deux drones permettent à l’Algérie d’entrer dans le club fermé des pays utilisant des UCAV (drones de combat), ce qui sera un apport considérable dans la surveillance des étendues désertiques et des frontières et dans la lutte contre les menaces terroristes en provenance des pays voisins.

 

Caractéristiques techniques des drones CH 3A et CH 4B

Le Cai Hong 3A (CH 3A) construit par China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) est un drone d’attaque de moyenne endurance et de moyenne portée. Il a un rayon d’action de 200 Km lorsqu’il est dirigé à partir du sol et peut voler jusqu’à 9 heures à 240 km. Il est capable de faire de la reconnaissance préprogrammée avec des waypoints, ce qui lui donne un espace de reconnaissance pouvant atteindre les 2000 Km, il peut aussi être guidé par satellite  dans les mêmes conditions. Il dispose de deux points d’emport pour des missiles anti chars AR 1 à guidage laser (jusqu’à 8 Km de portée) ou des bombes lisses ou guidées (GPS-INS) de 100 Kg d’une portée allant jusqu’à 5 km.

Le Cai Hong 4 (CH 4 Rainbow) est un UCAV MALE très inspiré du MQ-9 américain. Il a une portée de plus de 2000 Km avec une vitesse maximum de 350 Km/h et un plafond de 14 000 mètres. S’il est dirigé par satellite il peut voler 30 à 40 heures et donc parcourir jusqu’à 5000 Km. Avec six points d’emport, le CH 4B peut transporter jusqu’à 400 Kg de bombes et missiles. Le CH3 est opérationnel en Irak, au Nigeria et au Myenmar, le CH4B est opérationnel en Arabie Saoudite, en Irak, en Egypte.