Vidéo : Les citoyens de Ouargla manifestent pour le développement

Les citoyens de la ville de Ouargla ont laissé exploser leur colère à l’occasion d’un spectacle du chanteur de rai dit « Kader le Japonais ». Les citoyens ont tenu à rappeler au gouvernement qu’il ferait mieux de dépenser l’argent public pour améliorer leurs conditions de vie (emploi, infrastructures publiques) au lieu de les distraire avec des spectacles bidon. Cette manifestation à caractère social n’est pas isolée.  Même si certaines voix connues pour leur hostilité viscérale à tout ce qui se rapporte à l’islam ont tenté d’y voir un signe de résurgence de l’extrémisme religieux qui avait conduit le pays à la tragédie des années 90, la manifestation en question s’inscrit dans le cadre d’un vaste mouvement social emmené par les jeunes chômeurs de la wilaya qui luttent pour leur droit à l’emploi et ce, depuis plusieurs années.

En effet, la manifestation des citoyens de Ouargla contre le spectacle en question est à mettre en relation avec les manifestations que connaît la ville depuis plusieurs jours dans le cadre de la lutte des jeunes chômeurs pour l’emploi. Malgré les promesses du gouvernement, aucune mesure sérieuse n’a été constatée sur le terrain pour répondre aux aspirations des jeunes de cette wilaya dont la population continue à souffrir de la pauvreté malgré la présence du champ pétrolier de Hassi Messaoud sur le territoire de la wilaya. Les habitants de la wilaya n’hésitent plus à pointer du doigt la politique discriminatoire suivie par les autorités de la wilaya et la direction de Sonatrach qui préfèrent employer des cadres et des travailleurs originaires de quelques wilayas du nord du pays. Les manifestations que connaît la wilaya de Ouargla ne sont pas isolées. Depuis plusieurs semaines, la wilaya de Bechar, au sud-ouest du pays, connaît un mouvement de contestation sociale similaire.

Pour les observateurs, le mouvement de contestation sociale des populations du sud et des Hauts Plateaux pour le droit au développement de leurs régions, risque de prendre une ampleur de plus en plus politique si le pouvoir algérien continue à tergiverser et ne donne pas un coup d’arrêt à la politique régionaliste menée aussi bien par l’Administration centrale que par les directions des principaux groupes publics pourvoyeurs d’emploi, avec à leur tête la Sonatrach. Sur les réseaux sociaux, des jeunes, issus des Hauts Plateaux et du sud, sont de plus en plus nombreux à réclamer la justice et un meilleur équilibre régional. Pire, des internautes de plus en plus nombreux n’hésitent plus à s’attaquer publiquement à un des tabous politiques les mieux gardés en dénonçant ce qu’ils appellent la mainmise croissante de la minorité kabyle dans toutes les sphères de l’Etat algérien.