Manœuvres navales internationales en Méditerranée

Des manœuvres navales impliquant les marines de plusieurs pays se déroulent actuellement en Méditerranée». Cet exercice naval appelé Phoenix Express qui doit se poursuivre jusqu’au 25 mai, regroupe les marines d’Afrique du Nord, d’Europe du Sud et des Etats-Unis, selon Nato Maritime Interdiction Operational Training Centre (NMIOTC). Comme d’habitude et en attendant l’arrivée des frégates MEKO en cours de construction en Allemagne et du BDSL construit en Italie, la marine algérienne participera à cet exercice international avec la corvette « Djebel Chenoua ». Cette dernière aura à côtoyer les frégates marocaines Mohamed VI et Hassan II, le destroyer USS Cole (Etats-Unis) et la frégate Meko Turgut Reis (Turquie).

Pour la frégate Fremm RMN Mohammed VI, cette participation au côté de la RMN Hassan II aux manœuvres navales Phoenix Express en Méditerranée est une grande première. «Les officiers des frégates sont actuellement à bord du Hassan II (612), à Tunis, avec des officiers des pays participants, alors que la Fremm se trouve en Grèce pour d’autres phases de l’exercice» note une dépêche de l’agence d’information marocaine.

Lancé le 11 mai à Souda Bay en Crète, l’exercice Phoenix Express 2015 se déroule sur une vaste zone d’opération allant de la Grèce jusqu’en Sardaigne. La phase finale aura lieu le 25 mai à Bizerte en Tunisie. L’exercice comprend un stage au centre de formation opérationnelle pour l’interdiction maritime de l’OTAN, NMIOTIC en Grèce, suivi d’une formation opérationnelle en mer au sud de la Sardaigne, avant le débriefing final. Objectif de cet exercice grandeur nature : coordonner les efforts des différentes marines dans le domaine de l’interopérabilité, la lutte contre les trafics divers et l’immigration clandestine.

La participation à ce genre d’exercices internationaux constitue pour la marine algérienne une occasion pour manifester sa capacité de dissuasion mais aussi sa capacité à inter-opérer avec d’autres marines nationales dans des missions internationales à caractère humanitaire ou militaire. La prochaine arrivée des frégates allemandes MEKO, du BDSL italien et des corvettes chinoises dans l’inventaire des QBJ (forces navales algériennes) va sans doute permettre à ces dernières de mieux jouer leur rôle en Méditerranée et d’assurer ainsi à notre pays une visibilité à la hauteur de son statut géopolitique régional et de ses engagements diplomatiques. Même si ces acquisitions ont coûté plusieurs milliards de dollars et ont été décriées par certaines voix, il n’empêche que l’Algérie ne saurait s’isoler et laisser d’autres pays prendre sa place dans l’ordre méditerranéen. Par ailleurs, le fait que la marine algérienne s’apprête à déployer plusieurs frégates et corvettes modernes en plus d’un porte-hélicoptère ne signifie pas qu’elle abandonne sa doctrine défensive basée notamment sur la présence d’une force sous-marine conséquente et un système de missiles de défense côtière mobile.