Nezzar reprend à son compte la propagande des sites makhzéniens

Dans sa dernière sortie médiatique sur le site Algérie patriotique, l’ancien ministre de la défense nationale, le général à la retraite, Khaled Nezzar, n’a pas hésité à mettre en cause directement la manière dont le chef d’état-major de l’ANP assume ses fonctions de commandement. Le fait que le chef d’état-major actuel de l’ANP ne se contente pas de rester enfermé dans son bureau et qu’il n’hésite pas à se déplacer régulièrement sur le terrain pour inspecter personnellement les exercices des unités de l’ANP des différentes régions devient pour Khaled Nezzar «un nomadisme et une gesticulation de tous les instants ».

Pire, Khaled Nezzar n’a pas hésité à reprendre les poncifs de la propagande des sites makhzéniens lorsqu’il a osé affirmer : « De même qu’on assiste à une boulimie effrénée dans la réalisation coûte que coûte d’équipements militaires au détriment de l’économie nationale. » La mise en cause directe des intérêts de l’institution qu’il a eu à diriger par le passé n’a pas laissé indifférents des officiers retraités qui nous ont exprimé leur étonnement et leur déception suite aux dernières déclarations irresponsables de Khaled Nezzar. Ces officiers ont tenu à faire remarquer que quelle soit la teneur des reproches que Khaled Nezzar peut faire au commandement militaire, il devrait s’abstenir de toute déclaration pouvant être interprétée comme un appel à l’indiscipline et à l’insoumission au sein de l’ANP.

Par ailleurs, ces officiers retraités estiment que « la boulimie effrénée dans la réalisation d’équipements militaires » n’existe que dans la tête des propagandistes du Makhzen et de leurs alliés et regrettent qu’un ancien ministre de la défense nationale se laisse aller jusqu’à reprendre des accusations aussi infondées. Le programme de modernisation des équipements que le commandement est en train de réaliser depuis 2010, dans le sillage du contrat avec la Russie de 2006, a été décidé en vue de renouveler les vieux équipements de la période soviétique devenus obsolètes et il n’a rien d’anormal eu égard au PIB du pays et aux autres paramètres géostratégiques qui dictent à chaque nation son programme et son budget de défense nationale.

Les officiers interrogés rappellent que les acquisitions de ces sept dernières années à savoir 44 Sukhoi 30 MKA, 8 systèmes de défense aérienne S300 PMU2, 38 systèmes de défense aérienne Pantsyr S1, 24 systèmes de défense aérienne Buk-M2, 2 sous-marins kilo 636, 1 bâtiment de débarquement et de soutien logistique, 1 frégate allemande de type Meko 200A, 2 corvettes chinoises, 300 chars T90, 6 hélicoptères de transport Mi-26 ainsi que les acquisitions qui devraient les compléter d’ici 2020, à l’instar des 42 hélicoptères de combat Mi-28 destinés essentiellement à la lutte antiterroriste, s’inscrivent dans le cadre de la doctrine purement défensive de l’armée algérienne. Par ailleurs, le fait que le MDN ait décidé de jeter les bases d’une industrie militaire autour des noyaux mécaniques et électroniques est une réalisation militaire qui pourrait, à terme, avoir un effet d’entraînement sur l’économie nationale dans son ensemble.