Un reporter français dénonce la campagne de désinformation contre l’Algérie

L’Algérie subit depuis plusieurs mois une intense campagne de désinformation menée par les médias mainstream français qui cherchent absolument à imposer des minorités culturelles et idéologiques à leur botte au pouvoir sans passer par les urnes. Mais le commandement de l’armée algérienne a réussi à imposer son plan de sortie de crise basé sur le respect scrupuleux de la Constitution et le passage obligé par le verdict populaire.

L’élection présidentielle aurait pu être l’occasion d’un véritable renouvellement politique si les jeunes du Hirak populaire avaient pu s’organiser et choisir dans leurs rangs des représentants crédibles qui auraient pu peser sur l’élection présidentielle, voire choisir en leur sein un ou des candidats. Mais la manipulation des forces minoritaires qui travaillent la main dans la main avec des ONG à la botte de puissances étrangères a empêché ce scénario. La politique de la chaise vide n’a pas impressionné l’armée algérienne qui a fini malgré tout par imposer l’option de l’élection présidentielle. Même si le taux de participation n’a pas dépassé 40%, le nouveau président élu, Abdelmadjid Tebboune, bénéficie désormais d’une légitimité constitutionnelle incontestable et d’un soutien diplomatique quasi-général. Seule la France et dans une moindre mesure l’Union européenne continuent de traîner les pieds.

La campagne de désinformation menée par les médias français contre l’Algérie ne va pas s’arrêter tout de suite. Ayant échoué à saboter l’élection présidentielle, elle cherche désormais à mettre en cause la légitimité du nouveau président algérien. Mais c’est peine perdue et l’Algérie se contentera de travailler avec les partenaires qui respectent sa souveraineté. En effet, l’hostilité et l’arrogance des dirigeants et des médias français ne feront que renforcer la volonté algérienne de se libérer définitivement de l’influence néfaste de l’ancienne puissance coloniale à tous les niveaux : politique, économique et culturel. Dans un récent enregistrement, le reporter de guerre français, Philippe Hugon, analyse les ressorts de la campagne de désinformation visant l’Algérie.

Mustapha Senhadji